Rapport 2009

  La   vision  de  COPRESSA  est  qu’elle soit reconnue, d’ici à l’horizon   2030,   comme   une   ONG  œuvrant    pour    la        professionnalisation   des   filières   de  production,   la  lutte   contre  le  changement   climatique   et   l’oppression  des        minorités. Fort heureusement, cette vision cadre avec celle que l’Etat camerounais a élaborée depuis 2008 afin de compter d’ici 2035 parmi les pays industrialisés. Pour accomplir cette vision COPRESSA a adopté l’autopromotion collective et individuelle, avec un accent particulier sur l’entreprenariat rural, la promotion des énergies renouvelables, l’insertion des jeunes à l’auto emploi, l’action de plaidoyer pour les minorités.

Couverture Rapport 2009

 L’exercice 2009 a été riche en termes d’actions et activités. Sur le plan institutionnel, il y a eu la tenue de deux conseils d’administration à Ngaoundéré et à Garoua, greffés de formation sur les fonctions de l’Administrateur et sur le contrôle et suivi du budget. Bien plus, COPRESSA, a eu le souci de former son personnel sur la gestion axée sur les résultats, la gestion administrative et l’extraction de l’huile de Neem.  

 Sur le plan des activités, de concert avec les autorités étatiques et grâce à l’appui financier du BD et de l’Ambassade d’Allemagne, COPRESSA s’est investie dans l’encadrement des producteurs d’arachide, la  vulgarisation de biogaz et la recherche de nouveau partenaires. Ainsi, les producteurs qui évoluaient en rangs dispersés et / ou naviguaient à vue ont pu, grâce à l’encadrement technique de COPRESSA, voir leur rendement amélioré, allant parfois du simple au double. Aussi, des ménages ont-ils  amélioré leur niveau de vie grâce au nouvel outil biogaz.

 Sur le plan financier, bien que COPRESSA ait un accord de principe de la part de l’Ambassade de la Suisse, des efforts restent à fournir en matière de recherche de financement.

Grosso modo,  il faut reconnaître à juste titre le travail de fourmis qui a été abattu durant cet exercice. En conséquence, tous les administrateurs se joignent à moi pour remercier le bureau de coordination dont la coordinatrice Mme  FATIMA Djibrilla SIDIKI impulse une forte dynamique. Nous exprimons également nos reconnaissances à nos partenaires: paysans, financiers, techniques et autorités administratives.

 Enfin que tous les membres trouvent dans ce travail la marque de leur ardeur.

 

M. MAL HOURSO, PCA

 

 


Introduction

Contexte

 

Depuis 2008, le Cameroun s’est doté d’une vision volontariste de développement par le biais de son gouvernement. Cette approche/modèle visant un changement profond pourra permettre au pays à travers ses populations, de compter à l’horizon 2035 parmi les pays industrialisés de la planète. C'est-à-dire atteindre le passage de la phase de l’économie primaire (où l’agriculture est le grand pilier de l’économie) à  une production manufacturière contribuant à  plus de 23% au PIB.

L’atteinte de cet objectif favorisera l’intégration du Cameroun dans l’économie mondiale sur le plan commercial et financier, avec notamment l’ouverture des marchés financiers aux capitaux étrangers.

Cette nouvelle vision du développement que prône le gouvernement camerounais, propose ainsi des réponses aux aspirations profondes du peuple sur un horizon suffisamment long pour anticiper les changements structurels de la société, qui sont déjà en cours. Cette vision s’accompagne des changements relatifs à la vigueur démographique galopante, à l’urbanisation explosive, à la décentralisation et à la consolidation du processus démocratique.

 Pour y arriver, les axes majeurs sont :

 

  • la lutte contre la pauvreté ;
  • une politique ambitieuse de redistribution des revenus à  travers l’intensification, la généralisation et l’amélioration des services sociaux ;  
  • l’accroissement du revenu moyen par la consolidation du rythme de croissance qui devrait atteindre 10% d’ici 2017 grâce à  une diversification plus poussée des activités économiques.

 

C’est dans ce contexte que COPRESSA a apporté sa modeste contribution dans une logique de l’autopromotion collective et individuelle.

De concert avec les organismes étatiques, COPRESSA a multiplié des actions visant l’entreprenariat rural, la promotion des énergies renouvelables, l’insertion des jeunes à l’auto emploi et de plaidoyer pour les minorités Bororo.  

De manière globale les objectifs de COPRESSA sont les suivants : favoriser l’accès à la formation, à l’information et aux ressources pour les couches sociales les plus défavorisées.

Pour atteindre ses objectifs en 2009 et sa mission de promotion du développement des communautés défavorisées par la valorisation des ressources locales, COPRESSA a eu l’opportunité de travailler avec Broederlijk Delen, dans l’encadrement des producteurs d’arachide et l’Ambassade d’Allemagne pour la vulgarisation du biogaz.

 Le présent rapport s’articule autour de  six (06) principaux points :

  • Les activités et les résultats ;
  • Le budget ;
  • L’appartenance aux réseaux ;
  • Les ressources humaines de COPRESSA ;
  • Les formations reçues ;
  • Les perspectives.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site