Rapport 2010

 

COPRESSA suit son petit bonhomme de chemin en mettant en pratique au jour le jour sa mission qui est le développement des couches défavorisées par le biais de  l’encadrement, la formation, l’organisation des paysans en groupe et la valorisation des ressources locales. En fait, notre organisation peut se féliciter du fait qu’elle avance décidemment vers ses objectifs.

C’est d’autant plus normal lors qu’on a la confiance et le soutient des partenaires tels que BD, les ambassades de l’Allemagne, de la Suisse d’une part, le convoyage des autorités administratives, municipales et traditionnelles d’autre part.

Couverture du rapport 2010


En pratique, l’année qui s’achève a été consacrée entre autres :

A l’intégration socio économique et politique des Bororos notamment par l’inscription des enfants à l’école, la mise sur pied des centres d’alphabétisation fonctionnelle, l’organisation des cadres légaux;

Au renforcement qualitatif et quantitatif des capacités des producteurs d’arachide, leur sensibilisation et la structuration des groupes qui avaient encore du mal à s’organiser ;

A l’encadrement des jeunes et leur formation à l’emploi ;

A l’appropriation des techniques d’agriculture biologique et d’agro foresterie ;

Au plaidoyer en faveur des paysans exposés à l’insécurité  foncière ;

A la vulgarisation et à l’amélioration du biogaz qui était en phase expérimentale et qui reçoit un écho favorable.

Comme résultats, le taux de scolarisation croissant observé dans nos zones d’intervention, surtout chez le peuple bororo est une preuve palpable tout comme la régression de l’exode rural dans ces localités. De manière générale, l’amélioration des conditions de vie et de travail des populations est satisfaisante lorsqu’on constate par exemple que les producteurs d’arachide deviennent non plus des spectateurs, mais des acteurs dans les différents débats relatifs au sous secteur arachide.

Cependant, tandis que COPRESSA a atteint l’âge de sagesse et est plein d’ambitions, fruit d’une longue expérience de terrain, et que les paysans commencent à voir plus clair en ce qui concerne leur développement, une nouvelle vient refroidir ses acteurs : le partenaire financier clé BD ferme ses portes dans la sous région ; l’assistant technique est en fin de contrat. L’urgence reste donc de trouver des partenaires financiers et un assistant technique afin que les projets de COPRESSA qui ont pourtant bien germé et augurent un bel avenir pour le monde paysan, les jeunes et  l’environnement arrivent à maturité.

Toutefois, l’équipe ne désarme pas. Camus disait « quand l’espoir disparaît, il faut le réinventer ». Et je suis fort persuadé que COPRESSA dont les membres incarnent l’engagement saura réinventer cet espoir.

Je profite donc de cette occasion pour remercier tous les membres associés, tous les membres du conseil d’administration et l’équipe opérationnelle dont l’engagement et la ténacité n’ont jamais failli. Nos partenaires : paysans, partenaires financiers et techniques, autorités administratives, traditionnelles sont sincèrement remerciés.


      M. MAL HOURSO, PCA

 

 

Introduction


Il est ici question du contexte, des objectifs, de la méthodologie et du plan du rapport annuel sur l’exercice 2010.

Contexte

L’avènement de la crise économique des années 80, soit deux décennies après les indépendances des pays africains, a plongé ces pays dans le chaos total. En effet, les pays subsahariens étaient les plus affectés à cause de la baisse du prix des produits agricoles d’exportation. Ce fléau a eu pour conséquence, le désengagement de l’État du système productif pour se concentrer sur ses fonctions régaliennes. Ceci a entraîné la baisse de la production, la fermeture des entreprises publiques et l’augmentation du taux de chômage. Ces États sont désormais dépourvus de moyens financiers stables et ne peuvent plus offrir à leurs populations un encadrement adéquat.

Pour ce qui est de l’arachide, malgré son évolution sur le plan de la productivité et des revenus aux paysans, elle reste confrontée à de nombreuses difficultés que sont : la non maîtrise des circuits de commercialisation, les tracasseries policières et douanières, l’indisponibilité en semences, le faible accès aux technologies pour la transformation.

Le contexte spécifique au peuple bororo est celui des minorités. Leurs problèmes essentiels portent sur : le déficit dramatique en matière d’éducation, sa tradition non valorisante pour la femme, Le non-accès aux terres et à la propriété en général, l’absence d’actes de naissance et de cartes d’identité pour la plupart des Bororos (hommes, femmes et enfants), sa non-intégration effective dans les circuits socio économiques et politique des pays dans lesquels ils vivent, l’ignorance des textes, la considération dépréciative que les sédentaires ont d’eux, les arnaques dont ils sont souvent victimes dans les relations avec les sédentaires, et depuis 2006 le kidnapping des enfants et le pillage de leurs biens par des coupeurs de routes et autres bandits de grands chemins.

Par ailleurs, au cours des trente dernières années, la Région de l’Extrême-Nord est victime d’une avancée spectaculaire du désert (15 km pan an), mais pour diverses raisons, notamment la pauvreté, la plupart des ménages font la cuisine au bois ; ce qui aggrave la situation au jour le jour. Une enquête sur la consommation de bois, entreprise par Copressa, a montré que chaque famille utilise environ 8,2 m3 de bois par an, soit environ 3 millions de m2 de bois chaque année pour l’ensemble de la population.

Cette dépendance au bois a de nombreuses implications, y compris de graves conséquences sociales, environnementales et économiques: beaucoup de temps est réservé par les femmes à la collecte de bois, le système respiratoire et les yeux souffrent de la fumée, les femmes et les filles sont parfois victimes de vertiges, nausées, évanouissements. Le monoxyde de carbone peut conduire à des crises d'asthme, irritation des yeux, des narines, l'asphyxie et la cataracte post opération.
Outre la pollution de l'air, les principaux impacts environnementaux comprennent également la diminution progressive et rapide de la forêt, dégradation es sols et la faible biodiversité

 Face à ces perturbations sociales, économiques et environnementales, les organisations de la société  civile ne sont pas restées indifférentes; elles ont conjugué leurs efforts pour accompagner l’État dans la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des couches les plus vulnérables de la société.

 COPRESSA pour sa part a pris l’initiative d’apporter son appui à différentes franges de la population, dans différents domaines ci-après :

  • L’entrepreneuriat;
  • L’environnement et les énergies renouvelables;
  • Les minorités;
  • Les jeunes et l’emploi.

Objectifs

L’objectif étant d’accroitre les revenus des populations vulnérables en leur offrant des techniques appropriés afin qu’elles puissent subvenir à leurs propres besoins quotidiens. 

L’atteindre de ce but passe par la conduite des actions visant :

  • L’amélioration des revenus familiaux en incitant les producteurs à l’application des techniques appropriées qui leur sont proposées;
  • La conscientisation des habitants à l’arrêt de la destruction du couvert végétal par l’utilisation des moyens alternatifs pour faire face aux besoins en énergie;
  • L’orientation des populations dans diverses activités porteuses pour pallier les déficits financiers qui sévissent dans les ménages.   

Méthodologie

Partisan des approches participatives, COPRESSA a instauré dans ses journées d’évaluations annuelles quelques moments de travail en plénière pour permettre à chaque membre de l’équipe de s’exprimer sur les résultats, les forces/faiblesses et les perspectives de chaque projet. Cette méthode donne lieu à des confrontations d’idées, aux critiques et amendements constructifs qui permettent de donner à chaque aspect, un contenu consensuel. A partir de ces données de base, une équipe de rédaction est désignée pour parachever un rapport qui est soumis à l’appréciation du Conseil d’Administration. Après l’aval du CA, les dernières observations sont intégrées avant impression et publication.

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×